[review] The Nighstalker – A journey in Hell (2016) Wolfshade Records







The Nighstalker – A journey in Hell (2016)


Wolfshade Records



Cette fois on va parler du nouvel album du groupe The Nightstalker qui a sorti son quatrième album en janvier 2017 A journey in Hell via le label Wolfshade Records. The Nightstalker est ainsi formé : Steve « Serpent » Fabry - all instruments, vocals / The Nightstalker qui raconte son histoire / Yannick Martin, drums programmer, backing vocals / Simon Charlier, guitar / Jesse Day, guitar. Mais d’abord il faut parler du concept The Nighstalker qui s’avère être un vrai et propre univers.

The Nightstalker est un groupe de dark metal qui fait partie d'un tout avec le groupe Sercati qui lui évolue dans un registre black metal. Les deux groupes partagent un concept commun, la narration des aventures d'un ange descendu du ciel afin d'aider l'humanité. Lucifer apprenant ça, décide de lui envoyer aux trousses des démons afin de le détruire. Sercati raconte les moments clés de l'histoire alors que The Nightstalker raconte les moments plus personnels et comment le héros voit et vit les choses.

J’ai parlé d’un univers puisque si The Nightstalker et Sercati se voient et s’écoutent comme les deux côtés d’une même médaille, The Nighstalker va encore plus loin. Steve Fabry - bassiste chanteur de Sercati et de The Nightstalker – a imaginé la saga complète de The Nightstalker qui se décline aussi en audio-livres du titre Le journal du Nightstalker. La saga audio-livre de Le journal du Nightstalker est formée de deux saisons, la première en 10 chapitres et la deuxième saison en 8 chapitres. On peut retrouver tous les épisodes ici : https://www.production-audio-esope.eu/steve-fabry-le-journal-du-nighstalker/


Les personnages sont :

The Nightstalker : l’ange descendu sur terre et qui se bat contre Lucifer. Il dépassera ses limites afin de repousser les forces du mal.
Le Chien de l’Enfer : un suicide qui, manipulé par Lucifer, est envoyé sur terre pour détruire l’humanité et surtout le Nightstalker. Son aspect est le même que le Nightstalker à la seule exception qu’il a des ailes de démon alors que le Nightstalker a des ailes d’ange.
Gabriel : ange du Paradis, frère du Nightstalker. Il soutient et aide son frère tout en essayant de se montrer loyal vers Dieu.
Miss Ombrelle : femme dont l’âme a été vendue par sa famille. Elle combat aux côtés du Nightstalker et celui-ci va l’aider à retrouver son âme.
Sergent Matennen : alcoolique, c’est un agent de police qui enquête sur les apparitions en ville du Nightstalker. A cause de fa fixation sur le Nightstalker, puisque il en fait une affaire personnelle, sa femme et ses enfants le quittent. Il pense que le Nightstalker et le Chien de l’Enfer sont la même personne.
Lucifer : ange déchu qui règne aux Enfers. Ils perverti les hommes et prépare l’Apocalypse.
Thalis – la Désolation : commandante des troupes de Lucifer, elle a été trahi par Lucifer même. Elle a été emprisonnée au Purgatoire par le Nightstalker. Une fois libérée elle déclare sa guerre personnelle à Lucifer et au Nightstalker.
Les démons : plusieurs types de démons, de plus faibles aux plus puissants, participent aussi à l’histoire.

Steve Fabry a pensé aussi aux décors qui sont très fouillés. L’histoire se déroule dans la ville de Natural City et il y a aussi les Enfers et le Purgatoire. Les Enfers sont un monde parallèle à la terre et communiquent avec la terre via des portes. Le Purgatoire est une sorte de maison correctionnelle pour les démons. On accède au Purgatoire via des portes qui se trouvent sur terre. Lucifer veut libérer les prisonniers pour les avoir de son côté lors de l’affrontement final.
Il y a aussi un court métrage à propos du héros de cette saga qui se nomme : The Nightstalker : Poisoned hunting : https://www.youtube.com/watch?v=-MUYc-p_Bho

 
  
Musicalement, The Departure démarre avec piano et ensuite les autres instruments se greffent sur ces lignes mélodiques. La voix est grunt et restera telle le long de l’album. Il s’agit d’un mid-tempo aéré. The Children Of Devil présente le personnage de Pandora, fille de Lucifer qui comme le Nighstalker se trouve en lutte / rejetée par son père. Le Nightstalker libère Pandora du Purgatoire afin qu’elle soit sa guide à l’Enfer. Les lignes mélodiques sont simples, mélodiques, efficaces. Pas de batterie pour mettre en valeur le côté ‘atmosphérique’ de la chanson. Like I already know this foe présente un ennemi que l’on a déjà connu mais on n’arrive pas à saisir de qu’il s’agit. L’alternance couplets / refrains est plutôt réussie et met en valeur le questionnement du protagoniste. Il y a un joli changement de mélodie qui se manifeste sur un solo très senti et bien arrangé. Ce changement donne une dynamique très intéressante au titre. 




The plain of the warriors est un titre plutôt rapide et aussi un titre de matrice black metal qui change le tempo de l’album. Le texte est très imagé et impressionnant : on y décrit des guerriers en lutte entre eux, ils sont en train de s’entre-tuer de façon sauvage et l’on comprend qu’il s’agit des âmes de guerriers morts et qui ont grossi les rangs des troupes de Lucifer. Le Nightstalker se demande ici si le fait de combattre des monstres ne fait pas de lui-même un monstre. Le titre est incisif et direct et porté par un très beau texte. Dans le sombre marais de l’Enfer, Cerbère se dresse dans le titre Cerberus et il attaque avec les âmes de guerriers maudits. Pandora est blessée et le Nightstalker essai de la sauver et de s’enfuir avec elle. Cerberus est encore un titre rapide qui développe un sens de danger permanent grâce à son riff répétitif. The pursuer is near exprime encore la violence de cette séquence où le Nightstalker et Pandora pour s’enfuir doivent traverser un fleuve de l’enfer à bord d’un bateau. On ne peut qu’être frappé par la ressemblance avec ses vers de Dante :




Allor distese al legno ambo le mani;
per che ’l maestro accorto lo sospinse,
dicendo: "Via costà con li altri cani!".
Dante, Divina Commedia - Inferno, Canto VIII, 40-42

En effet Dante en traversant le fleuve Styx est accompagné par Virgil et le damné Philippe Argenti – qui se trouve dans le fleuve avec d’autres damnés - essaie de l’attraper et de faire chavirer le bateau. Ici le Nightstalker est poursuivi et les âmes – dans le fleuve – essayent aussi de l’attraper :
A wind of gloom blows on the boat
Each floating corpse trying to grab us
Searching for a drop of life to survive
Still we have to hurry
The pursuer is near

The Library alterne un moment extrême et un plus solennel qui reflètent bien le contenu de la chanson. Le Nightstalker rejoint la bibliothèque de l’Enfer. Ce lieu réunit tous les contrats, les pactes, signés avec Lucifer. Si seulement le Nightstlaker arrive à trouver celui de Miss Ombrella il pourrait la libérer à jamais.  I’ve Found Her est un titre atmosphérique et c’est dommage que dans notre livret les paroles ne soient pas présentes mais à la place on trouve les texte du titre « Army of darkness ». 
Back again est en lien direct avec The Departure musicalement et conceptuellement. Musicalement, puisque certaines lignes mélodiques se ressemblent en une sorte de leitmotiv et conceptuellement, puisque le voyage se termine. Le Nightstalker et Pandora sortent de l’Enfer indemnes et armés de la lance du destin (on peut y voir une analogie avec la lance de Longinus). 
Red Moon Rises est un titre plus direct qui nous ramène dans le vif de l’action. On pensait à une fin heureuse et non. Au fur et mesure que la lune rouge monte dans le ciel Pandora s’effondre et des créatures monstrueuses sont libérés pour s’attaquer aux fuyards.
Waiting For Miss Ombrella est un titre instrumental mis en valeur par des lignes de piano épeurés et mélancoliques. Le violon vient souligner cette mélancolie de fond qui se rejoint au premier titre de l’album.

The Nighstalker avec A journey in Hell propose un album très abouti et très bien réalisé. Les textes sont bien écrits et la musique rend bien le sentiment du voyage infernal avec tous les enjeux présents ainsi que les dangers permanents. L’alternance de moments sombres et mélodiques à caractères « dark » à des moments plus directs et black metal d’un côté sont fonctionnels au récit et d’un autre ils dynamisent l’album. C’est un album qui prend son temps avec des chansons qui sont une sorte de clair-obscur qui reflètent aussi les doutes et les prises de décision du Nightstalker.  Un album que l’on apprécie pleinement si on rentre et on se familiarise avec l’univers du Nightstalker.

On signale aussi que le livre Le journal du Nightstalker sera publié en septembre 2017 via l’éditeur Le Monde des Etoiles.

Score de l’univers du Nightstalker (The Nightstalker / Sercati / Livre / audio-livres : 10/10
Score The Nighstalker – A journey in Hell (2016) 9/10



Sercati band + info détaillées sur le concept : http://www.sercati.com/
The Nightstalker forum :




No comments:

Post a Comment